Forum RPG Vesperia
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 Zéleph mémoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes

avatar

◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 673
Féminin
✦ Points RP : 1183
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Zéleph mémoire   Mer 21 Nov - 16:48


Il y avait cette vie, cette vie oubliée.
musique
Un pas après l’autre. C’était la seul solution. Comme réapprendre a marché. Un pas après l’autre. Aussi simple que cela et pourtant si dur. Comment vivre quand on a tout perdu ? Comment faire pour oublier les épreuves du passer ? Il n’y avait pas de solution, il fallait juste faire avec et ne plut ce poser de question. C’est ainsi que le jeune réprouvé avancer sur ce chemin de terre à peine effacé par la pluie qui avait frappé cette nuit. Il avait peur, il sentait tout son corps trembler de froid, mais peut lui importait, il devait s’éloigner. Toujours plus loin. Peu importait où ce chemin mené, rien ne pouvait être pire que ce qu’il avait vécu. Son dos lui bruler, on pouvait encore y voir le sang sécher et les blessures ouverte de son fardeau. C’était si profondément encré dans sa chair, en lui pour toujours. Enfant, orphelin abandonné à son sort il ne voulait que sa mère. Les gouttes glissées sur ses joues, les yeux rougis par le malheur. Il n’était qu’un gosse, pourquoi vivait-il encore ? Il aurait voulu mourir, il avait supplié voir la fin arriver tant de fois. Oui son esprit aurait tant voulu mourir, mais son corps refuser de cédé.

Un pas après l’autre. Ses pieds nus foulaient la terre. Ecorcher. Il avait mal. Trébuchait sans arrêt, sans savoir comment il arrivé à continuer. Cinq ans de vie à souffrir. Cinq ans a pleuré chaque jour et se résoudre à ne vivre qu’une vie d’esclave. Souillez jusqu’au plus profond de son âme, Shizuo Stark, dix ans, avait déjà vue l’horreur de ses yeux pur d’enfant. On lui avait tout prit, de son corps a sa dignité. Pouvait-on mettre un mot sur ce qu’on lui avait fait subir avant de le laisser là dans cette forêt ? Nue et sans défense, il n’avait même plu ses ailes pour savoir qui il était.

L’enfant aux cheveux blancs trébucha à nouveau. Cette fois ses jambes n’eurent plu assez de force pour résister et il tomba de tout son long dans la boue. La douleur était si intense en marchant qu’il ne voulut même pas essayer de ce relever. La pluie ce remit à tomber. Il put la sentir sur sa peau. Douce et réconfortante, elle le recouvrait de sa bienveillance. L’eau laver son corps du sang, de la terre. Combien de temps resta-t-il allonger ainsi ? Les yeux fermés, il imagina s’endormir et ne plus jamais ce réveiller. Il voulait juste un peu de repos, quelque secondes à peine. Le monde ne le laissa pourtant pas s’endormir ici, au milieu de nulle part. Il sentit dans son cou une douceur humide, une sensation qu’il avait connue autre fois. Ses yeux s’ouvrirent sur le petit être qui sautiller devant son visage. Jaune canari, tremper jusqu’aux os le poussin le regarder en sifflant légèrement. Alors il l’avait suivi ? Cette petite chose, petite boule jaune perdu comme lui, qui l’avait trouvé quand il c’était réveiller a cette arbre.

Taki. Il lui avait donné un nom et pourtant c’était enfuit. La petite bête ne paraissait pas offenser au contraire, elle s’approcha de ses petits bon et vin caresser son nez de son bec froid et dur. Shizuo sourit. C’était cela le pardon ? Trouvant la force de ce redressé, le réprouvé prit le poussin entre ses mains. Assit dans la boue il fixa l’être si fragile qui était entre ses doigts. Les larmes lui revinrent alors. C’était cette boule dans son ventre qui remonté sans arrêt dans sa gorge. Il n’y pouvait rien, l’angoisse l’encerclé l’empêchant de ce résonner. Comment combattre les images de ses cinq dernières années ? De tous ses jours endurés ? Il entendait les rires gras et moqueur des démons résonner dans sa tête. Leurs sourires mauvais et leurs yeux rouges, brulant de haine. Il en avait mal à la tête. Les souvenirs de leurs mains sur lui, des coups de fouet, des clous chauffés à blanc dans sa peau. Il était recouvert de leurs actes infâmes, recouvert de honte et de douleur.

Sa plus grosse erreur fut de supplier qu’on le tue, supplier qu’on le laisse rejoindre sa mère. Son père ne lui aura laissé aucune chance, le réduisant a moins encore que rien. Traité comme un animal, et encore un esprit avec un minimum de sentiments aurait eu plus de décence avec un rat. Lui n’était même pas le plus misérable des bête, il n’était rien. Simplement rien. Chaque jour depuis la mort de sa mère on le lui avait dit. Il n’était qu’un déchet, une chose qui survivait pour rappeler aux autres qu’il y avait toujours pire. Il avait était un jouet, un objet offert à la monstruosité, ne servant que pour amuser les autre. Incapable de ce défendre, incapable de parler. Attacher, enfermer, il était un bout de chair, vulgaire et misérable. Souiller.

Serrant le poussin contre lui il arrêta de pleuré, les larmes ce dissipant d’elles même. Peut-être avait-il trop pleurait. Son corps n’avait même plu la force de produire un sanglot de plus. C’était pathétique. Pauvre enfant perdu. Peut être une bonne étoile existait-elle pourtant ? Dans la tempête qui faisait rage autour de ce corps chétif, une silhouette ce fit voir. Grande et imposante. Shizuo l’aperçu, mais déjà sa vue devin flou. Il tomba à nouveau dans la flaque avant de totalement perdre connaissance.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes

avatar

◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 673
Féminin
✦ Points RP : 1183
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: Zéleph mémoire   Mer 21 Nov - 20:08



Il y avait cette vie, cette vie oubliée.

musique
Il respirait. C’était déjà ça. Une odeur de soufre mélangé à quelque chose de beaucoup plus agréable était dans l’air. Cela venait chatouiller les narines du jeune garçon. Peut-être même que ce fut cela qui le réveilla complétement. Lors ce qu’il ouvrit les yeux, la première chose qu’il vit fut le plafond, fait de vieux bois. Il était dans une maison. La sensation d’un drap sur lui, lui fit comprendre qu’il n’était plu nu. Tournant lentement la tête il vit quelqu’un approcher. L’angoisse était toujours là, ou venait-elle de réapparaitre quand il vit l’inconnu ? Il réalisa que c’était un homme, un vieil homme à la barbe grise et aux cheveux blanc. Tout petit, du moins pour un homme, Shizuo se demanda ce qu’il était. Le visage dur, avec, une pointe de bienveillance peut être dans les rides de cet homme.
« Alors petit, ça va ? »
L’homme qui s’apparenter un nain, prit une chaise et s’assit près du lit où Shizuo était couché. Il se pencha vers lui, faisant reculer le garçon. C’était surement pour mieux le regarder et voir si il aller mieux, mais cette soudaine intimité intimidé le réprouvé.
« Tu es moins pâle. Tien, mange cela. Tu as besoin de forces. »
Le garçon baissa les yeux sur le bol en bois humblement tendu vers lui. Il était remplit d’une sorte de mélasse jaune, avec ce qui semblait être de la volaille. Shizuo ne ferait pas le difficile, il n’avait pas mangé depuis une semaine et pour être honnête si il avait la peau sur les os c’était bien par ce que pendant sa détention on ne l’avait nourrit que de pain rassie trempé dans un peu d’eau. Pour le réprouvé ce misérable bol s’apparenter a un vrais festin de roi et ne pouvant y résister il ce plongea dedans, mangent presque à s’en étouffer. Le nain rit devant l’énergie soudaine de l’enfant, mais posa une main sage sur le bras du garçon pour l’insister à aller plus doucement. Seulement si ce geste était désintéressé, Shizuo le prit comme une agression. Sursautant, l’angoisse lui enserrant le cœur il ce colla au mur le plus proche ce cachant de ses bras. Le vieil homme comprit qu’il avait fauté et ramassa le bol tombé avant de poser un regard désolé sur l’enfant.
« Seul les Dieux savent ce qui tes arriver, gamin. »
Le nain avait bien vue les blessures parcourant le corps de cette enfant. Des plais profonde, tel qu’il se demandait comment il avait fait pour y survivre ou pour garder l’esprit. Lors ce que sa femme avait nettoyé le corps du gamin elle en avait pleuré, mêlant le sel de ses larmes au savon. Ce qui était sûr, c’était cas présent il était en sécurité, mais tel un animal blesser par son prédateur l’enfant était encore terrifier par tout ce qui l’entourait, le vieux nain ne pouvait que comprendre sa détresse.
« Je ne te ferait aucun mal, tu es en sécurité ici. Je te le promets. »
Il lui tendit le bol encore à moitié remplit. L’entement, la main tremblante, Shizuo fini par attraper l’objet de bois. Le nain sourit légèrement avant d’aller chercher un chiffon pour nettoyer le plancher souiller de la mélasse. Quand il eut fini il ce rassit, mais n’eut-il pas posé ses fesse sur la chaise que Shizuo lui tendait le bol vidé. Le regard timide qu’il lui lança lui fit tout de suite comprendre : il en voulait plus. Pas avare pour un sous il lui resservit une bonne louche et le garçon ce remit à manger comme un affamé.
« Tu as bon appétit. Tu as peut être aussi un nom ? »
La tentative fut vaine, Shizuo faisait a peine attention à lui, toute son attention était vouer a la nourriture qu’il y avait entre ses mains. Patient le vieil homme supposa que c’était d’abord à lui de faire le premier pas, de le mettre en confiance. Ce gamin était traumatiser et vue dans quel état il l’avait trouvé, il ne voulait même pas imaginer ce qui lui était arrivé, bien qu’il en avait une petite idée.
« Moi je suis Irvin Dirk. »
Au même moment la porte de la pièce s’ouvrit ce qui fit enfin lever les yeux du jeune garçon. Une dame entra, aussi vieille que cette homme a première vue et tout aussi petite, voire plus. Elle était potelée et avait l’air grave, soucieuse. Pourtant quand elle posa son regard sur lui elle arbora un visage soulager, voir radieux.
« Ô tu tes réveiller mon petit ! »
Elle s’approcha du lit prête à ce jeté à son cou, mais heureusement pour lui Irvin lui fit signe de ce calmé. Elle sourit alors simplement en le regardant et Shizuo se sentit extrêmement déstabilisé.
« Elle, c’est ma femme, Tyna Dirk. »
« Je suis ravis que tu sois éveiller mon garçon. »
Devait-il faire quelque chose à présent ? Sous le regard de ces deux personne le réprouvé resté sans bouger. En son fond intérieur il était terrifié. Nu. Seule. Non, il n’était pas seul, où était Taki ? L’air paniqué que prit soudain le jeune garçon parut surprendre le couple de nain, jusqu’à ce que la femme comprenne. Elle disparut de la pièce, puis revins avec la petite boule de plume jaune entre les mains.
« Tien, voilà ton ami. Il n’a pas voulu te quitter une seule seconde et a suivi Irvin jusqu’ici. »
Le petit oiseau s’envola maladroitement sur le lit et Shizuo posa sa main sur l’animal. Un ami. Il avait un ami. Le garçon eu un petit sourire, juste un semblant d’étirement de lèvre et quand les deux nains s’en rendirent comptent ils ce regardèrent avant de sourire à leur tour. Tout doucement la femme se pencha vers lui, et s’adressa à lui d’une voix douce.
« Ton ami a un nom ? »
Devait-il répondre ? Avait-il le droit de parler ? Car avant il ne l’avait jamais eu, si il avait ouvert la bouche on l’aurait punie pour cela. Pourtant ils avaient l’air si gentil.
« Ta … taki. »
Petite voix tremblante, timide. Pourtant Irvin ce leva brusquement lui faisant presque peur. Le nain ce mit à rire en tapant dans ses mains l’air profondément heureux.
« IL PARLE ! Ah je le savais ! »
Cela fit gentiment sourire sa femme, son mari aurait était un père parfait, mais ils n’avaient jamais eu cette chance. Devant le rire du vieil homme Shizuo sourit, montrant enfin un vrai sourire, pour la première fois de sa vie.
« Et toi bonhomme ? Tu as surement un nom, n’est-ce pas ? »
Il hésita. Son regard se posa sur la femme.
« Shi… Shizuo Sta… Stark. »
Tyna prit le risque de s’assoir au bord du lit, posant une main maternel sur la cheville du jeune garçon. Elle lui sourit encore. Il avait l’air si fragile qu’elle aurait voulu l’étouffer entre ses bras.
« Je suis ravis, Shizuo. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes

avatar

◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 673
Féminin
✦ Points RP : 1183
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: Zéleph mémoire   Jeu 22 Nov - 13:17



Il y avait cette vie, cette vie oubliée.

musique
Adopté, mais pas tout à fait. Le couple de nains qui l’avait recueilli était très gentil avec lui et patient également. Shizuo, blesser au plus profond de son être avait du mal à comprendre le monde autour de lui. Il avait à la fois peur de tout mais paraissait aussi sans émotion. Son regardé tait vide de tout sentiment et son cœur aussi effriter que de a vieille roche, ronger par les ouragans. Chaque jour Tyna, la femme, avait l’air triste de voir ce si jeune garçon ne prendre aucun gout à vivre. Il était simplement là, debout, attendant qu’on lui demande quelque chose qu’il s’empresser alors de faire. Pas une expression sur son visage ne trahissait quoi que ce soit, de peine, de fatigue, rien. Il était comme fait de pierre, le visage figer. Lors ce que Tyna aller faire les cours avec lui au village d’a coter les gens le dévisager comme si ils voyaient Lucifer lui-même. Tout le monde pensait qu’il était un démon. Des cheveux aussi blancs que la neige, les yeux d’un rouge sang pur, l’air froid parfois même mauvais. Il ne souriait jamais. Il était juste là, telle une statue de sel. Tyna n’aimait pas les rapproche des villageois, elle savait qu’il avait vécu l’horreur et comprenait qu’il soit ainsi, mais les gens la condamné déjà, l’accusant d’avoir recueilli le démon sous son toit. Il n’avait pas de parents, il était perdu et seul. Jamais la naine ne pensa à le laisser malgré les mauvaises langues. Et peu importait si il était un démon ou non, il était gentil et son sort ignoble causer chez elle une grande douleur. Lors ce que les gens chuchoter dans la rue en le fixant le regard méprisant Tyna se penchait sur lui et le prenait dans ses bras. Stoïque il lui disait alors simplement, le regard perdu et la voix froide.
« Ils mourront tous. »
Cela glacer le sang de la naine qui ne disait pourtant plu rien et continuer son chemin en sa compagnie. Disait-il cela car c’était une évidence ? Tout le monde mourait un jour, ou était-ce une menace ? Non, elle ne pouvait penser que ce petit garçon veuille ce venger, il avait mal et chercher des raisons pour se consoler, c’était aussi simple que cela. Elle l’espérait. Quand il rentrait après le marcher, Shizuo avait pris l’habitude d’aidé Irvin dans son travail. Buchant le bois avec lui, il monter aux arbres et couper les petites branches pour ne pas abimer la forêt quand l’arbre tomberait. Parfois il passait un moment assit là-haut à regarder l’horizon. D’en bas Irvin fixer le garçon ce demandant à quoi il pouvait bien penser. Il n’y avait que là qu’il semblait ressentir quelque chose, s’échapper de sa prison de chair. Irvin pensa que c’était à cause de ses ailes. Arracher à son corps il devait souffrir affreusement de la perte de ses membres. En réaliser percher tout en haut de ces arbres Shizuo regardé le ciel et les nuages qu’il avait pu tant de fois toucher avec sa mère. Chaque jours où il avait était martyrisé il avait pensé à elle et à leurs envoles, a la liberté, a l’amour.
« Shizuo, décents ! Je vais couper ! »
Le garçon glissa le long du tronc, s’évitant une mort certaine. A chaque fois qu’Irvin frapper le tronc l’enfant paraissait fasciné. Tant de force et de précision. Le nain ne se rater jamais et en quelque coup de hache l’arbre tomber, toujours là où Irvin l’avait prédit. Shizuo admiré ce petit homme. Au fond de lui il ressentait un certain bien être à être à ses côtés, mais il ne savait pas ce que cela signifier réellement. Irvin riait tout le temps, c’était un bon vivant qui avait l’air de se défaire du malheur du monde pour n’en faire qu’une perpétuel partit de rire. Posant sa grande main, puissante, sur sa tête de gosse, il lui souriait de toutes ses dents. Par fois Shizuo se disait qu’il devrait peut être lui rendre, cela lui ferait-il plaisir ? Il ne savait pas ce qu’était un rire. C’était des codes de société qu’il avait oublié. Il n’était plus qu’un misérable fantôme, un imposteur. Irvin avait appris à Shizuo comment couper le bois avec une hache et il l’aidé comme il pouvait pour faire avec lui des buches, puis les ranger dans la grange. Le nain disait toujours que si il continué à travailler ainsi il ne pourrait plu ce passer de lui, et sans savoir d’où cela venait, Shizuo ressentait une profonde chaleur dans sa poitrine.

Un jour après le souper, l’hiver passé, Irvin invita Shizuo à s’assoir à côté de lui devant la cheminer. Il lui tendit alors un petit paquet. Tyna derrière son mari souriait l’aire impatiente. Shizuo regarda l’homme puis la femme avant de prendre la peau de bête dans sa main. Ouvrant le paquet il vit à l’intérieur un pendentif accrocher à une petite chaine d’argent. Il ne sut trop quoi en penser. Une douce sensation l’envahissait petit à petit, ses yeux s’illuminèrent légèrement. Tyna fut ému. C’était la première fois, la toute première fois que Shizuo montrait ses émotions. Cela n’avait l’air de rien et pourtant c’était très fort pour les deux nains, c’était un pas de géant pour l’enfant.
« C’est un cadeau ? »
« Oui Shizuo. Nous l’avons fait nous-même. » Irvin lui ébouriffa les cheveux. « Pour toi, mon garçon. »
Il paraissait ne pas en revenir. Jamais il n’avait reçue de cadeau, il savait à peine en reconnaitre un. Tyna serra la main de son mari tellement heureuse de lui avoir fait cette surprise. Le prenant entre ses doigts Shizuo glissa délicatement son pouce sur les gravures de la croix. C’était du langage nain. Tyna lui avait appris, au même titre que la lecture et de l’écriture classique, il avait appris tout ce qu’elle avait à lui apprendre sur les nains. La gravure voulait simplement dire « Confiance et Force », tout ce qu’on lui avait donné ici. Irvin lui prit des mains et l’invita à lui mettre. Une fois sur son torse, Shizuo ressentit une certaine fierté a portait ce bijoux, c’était comme un trophée, la preuve qu’il était important.
« J’ai autre chose pour toi Shizuo. »
Le garçon leva les yeux vers ce qui ressembler le plus à un vrais père pour lui, mais il n’en avait pas la notion, son père a lui étant le pire des démons qu’il n’aura jamais rencontré dans sa vie futur.
« Tu es devenu un bon gaillard mon garçon, et je pense que monter aux arbres n’est pas ta vocation. Avec Tyna nous pensons qu’il est temps que tu trouves un travail, bien sûr tu pourras en gardé la paye. Tout travail mérite salaire. »
Shizuo comprit qu’Irvin lui offrait son indépendance. Il lui offrait de vivre avec eu tout en créant sa propre vie. Ce fut la plus belle preuve de confiance que le couple aurait pu lui faire. Le garçon ressentit alors comme une explosion de sentiment en lui. Ce levant il se jeta littéralement sur les deux nains dont il faisait bien la taille à présent. Tyna pleura heureuse de voir cette enfant s’épanouir enfin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zéleph mémoire   

Revenir en haut Aller en bas
 

Zéleph mémoire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Palais National un symbole puissant dans la mémoire collective
» Mémoire visuelle ou auditive
» Mémoire et visions des membres de l'armée la Chimay Bleue
» [terminé] « Il faut que tous braves menteurs soient gens de bonne mémoire, pour se garder de méprendre » Etienne Pasquier [Ewen]
» De mémoire de pigeon...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum RPG Vesperia :: 
« ACCUEIL »
 :: Quêtes
-