AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Neros niveau 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Neros niveau 4   Lun 19 Aoû - 17:08


Mission 5 :
 
« Neros, tu vas bientôt finir déchus si tu continues à paraissait ainsi. » Le rouquin ouvrit un œil pour voir penché au-dessus de lui Alvin. C’était un ange avec qui il avait sympathisé de puis peut. Il était plus grand et fort que lui. Une force de la nature. Cela prouvait sur tout qu’il travailler tout le temps, et Neros ne savait pas où il puiser cette énergie. L’ancien humain, ferma à nouveau les yeux, souriant doucement. « Tu devrais faire une pause toi aussi. Tu vas finir par te briser les reins. » Alvin soupira, s’asseyant a coter du rouquin, allonger nonchalamment sur l’herbe d’un petit parc de la citadelle blanche. Regardant autour de lui, il apprécia le silence. Cameo vint glisser sa tête contre lui, et il enfouit sa main dans sa douce fourrure. Le persian était heureux à la Citadelle. Ici il pouvait faire confiance à tout le monde, car personne ne risquer de lui faire du mal. Ces animaux-là étaient craintifs, et Alvin admirait beaucoup le fait que Neros en possède un. C’était rare, voir même unique. « Tu n’as pas envie de faire quelque chose pour ta race ? Je veux dire, tu sembles te ficher de tout, c’est un peu gênant. » « Gênant ? » « Oui, te voir là allonger, bien heureux. J’ai appris à te connaitre, tu es capable d’accomplir de grande chose. Pourtant tu gâche ce potentiel en ne faisant que le strict minimum. » C’était une rapproche. En tout cas Neros le ressentit ainsi. Il était légèrement vexer, mais ne répondit pas, faisant mine de s’en moquer. Cela n’eut pour effet qu’encourager Alvin dans ses remontrances. « Ce n’est pas comme cela que tu finiras par t’intégré. Je veux dire, les gens t’apprécie beaucoup pour ta bonne humeur et tes farces, mais tu … » « Reste un étranger. » Le brun grimaça. Il ne l’aurait pas dit ainsi et n’aimait pas l’admettre, mais c’était l’idée. Un ancien réprouvé, même ayant devenu humain, ce réincarnant en ange, c’était … étrange, et un peu dérangent pour les anges purs. La famille du seigneur des deux rives avaient était exilé autre fois, et aujourd’hui les anciens n’apprécier pas que Lucy soit revenu d’entre les morts, revenu avec son petit fils, enfant d’un monstre. Neros ne semblait rien pouvoir y faire, et au fond il s’en fichait. Il n’était pas du genre à forcer les gens a apprécier sa personne. Si cela ne leur plaisait pas, qu’est-ce qu’il y pouvait ?

« Un autre que toi est dans une position similaire. Il se nomme Alaric. Il est née ange, mais a était déchu pour avoir succombé au péché d’orgueil. Il s’est rependus, a enduré le pèlerinage pour revenir parmi nous. Seulement, il est toujours considéré comme un paria. » Neros ce redressa pour regarder Alvin. Etait-il sérieux ? Il comparait sa position à celle d’un ancien ange déchu ? Les anges étaient des créatures d’une bonté infinie, mais la tolérance ne semblât pas être leur plus grande qualité. Ou du moins le pardon dans leur propre race était difficile, l’acceptation que l’on puisse fauter. La faute était humaine, peut-être était-ce en cela que résidait le problème. Se sentaient-ils autant au-dessus des hommes ? Les anges n’étaient pas des êtres parfaits. Ils en donnaient l’impression, mais beaucoup trop de chose déranger Neros sur leur nature et notamment cette façon de se positionner au-dessus de tous. Le rouquin ce leva fixant son camarade. Il savait très bien où il voulait en venir. « Où je dois le trouvé ? » Alvin parut surprit de cette question, mais fini par esquisser un sourire, lui expliquant simplement où habité Alaric a la Citadelle blanche.

Neros frappa à la porte. De l’autre côté il entendit du mouvement, jusqu’à ce que la petite trappe de la porte s’ouvre de l’intérieur. Le rouquin croisa le regard craintif d’un homme à l’air fatigué. Il lui offrit un grand sourire, sa bonne humeur n’ayant aucune faille. « Neros. » « Hein ? » « Mon nom. » Neros ce moqua gentiment de lui, qui de l’autre côté de ça porte semblait totalement perdu. « Toi, c’est Alaric, c’est ça ? » « Euh, oui et alors ? Comment tu me connais ? » « Si tu me laisser entrer, peut être que je pourrais t’expliquai, tu ne crois pas ? » Alaric ouvrit la porte après une seconde d’hésitation, laissant entré le rouquin dans sa demeure. C’était petit, simple, rien de bien méchant. Cela était semblable à des centaines d’autres appartements de la Citadelle. Neros prit place sur une chaise pour ce mettre à l’aise, sans demandé la permission a son compère. Cela ne faisait pas partit de ses habitude. Après un moment de silence, où le rouquin observait Alaric, celui-ci sembla s’impatienté. « Alors ? » « Alors quoi ? » L’exaspération se lisait dans le regard du brun. Il garda tout de même son calme, semblant bien plus fatiguer qu’irrité par ce jeune ange venu le voir. « Ecoute, si tu n’as rien à me dire, tu peux partir, ce sera aussi bien. » Neros ce redressa, son esprit s’illuminant soudainement, le faisant rire. Il avait tendance à s’oublier par fois. « Ah ça ? » Alaric s’empêcha de levé les yeux au ciel. C’était qui celui-là ? « On m’a envoyé pour t’aider. » « M’aidai ? » Il lui rit pratiquement au nez, incrédule. Avait-il perdu espoir depuis le temps, reclus dans son appartement ? Le brun s’assit a la table, avachit, il semblait avoir baissé les bras. Neros comprenait cette sensation. En tant que réprouvé cela avait était son fardeau. Il était bien placer pour savoir ce qu’il ressentait, car de toute évidence en devenant un ange après être née réprouvé, il semblait que lui non plu on ne l’accepte pas réellement. Ou dans tous les cas, que partiellement. « J’ai faillis. J’ai céder à la tentation, aux péché. A présent même si je me suis repenti, personne ne veux me parler. » « Pourquoi avoir fait ce pèlerinage. Tu pouvais rester chez les déchus pourtant. » Alaric acquiesça, souriant tristement. « C’est vrais. Je ne me suis jamais senti aussi libre. J’avais soudain le droit de faire tant de chose… c’était libérateur. » « Mais ? » « Mais je ressentais trop de mal. Adieux la paix et bonjours l’instabilité. Tout ce que j’aimais avant avait perdu de sa saveur. Le calme, la plénitude. Je ressentais de la colère et du dégout pour moi-même. Je n’ai pas supporté être rejeté de ma famille, de mes amis. » Neros souri amuser par l’idée que cela ressemblait plus aux sentiments d’un réprouvé qu’autre chose, mais après tout le rejet devait bien être le même. Le dégout de soit même bien aussi profond lors ce que le péché a était consommé sans si attendre. « Ta famille ne te parle plu ? » Il soupira. « Je suis un paria, j’ai perdu le contrôle. Pour eux je ne suis plus digne de confiance, et je le comprends. » Neros n’était pas d’accord. Il était hors de question que sa propre famille le rejette, il n’avait pas était élevé ainsi.  Après toute les épreuves qu’il avait affronté pour ce repentir, personne ne lui accordé le pardon ? « Pas question ! » Attrapant le brun, il le fit brusquement sortir de chez lui. Quitte à le traité et a le forcer à revoir sa famille, il utiliserait la force !

Derrière Alaric, Neros resté sans rien dire le poussant à frapper à la porte. L’ange brun paraissait inquiet, voir même angoisser. Le rouquin lui sourit lors ce qu’il le supplia du regard, comme pour le persuader que cela n’était pas la peine. Seulement rien ne pouvait faire changer d’avis l’ancien réprouvé aussi têtu cas sa naissance. S’alignant devant lui, Alaric fini par frappé doucement, si bien que Neros douté que qui que ce soit ai entendu. Prenant les devant, il frappa bien plus fort, a s’en briser les phalanges sur le bois. Il ne fallut pas une minute avant que la porte s’ouvre brusquement sur une jeune femme semblant agacé que l’on maltraite sa porte ainsi. Neros ce cacha derrière Alaric, le poussant vers elle, imaginant qu’elle était de sa famille. Cette jeune demoiselle, perdu tout son agacement, fixant le brun, incrédule. « Alaric ? » Celui-ci sembla désirait ardemment disparaitre au fond d’un trou, ce recroquevillant sur lui-même. Le rouquin ne l’entendait pas de cette oreille. Il l’avait pourtant coaché avant de venir. Il fallait qu’il se présente bien, qu’il reprenne confiance en lui. Neros le prit par les épaules, le forcent à ce redressé devant la jeune femme, toujours sous le choc. Cela eut au moins le bon effet de faire réagir Alaric. « Hum… ouais, salut Milla. » A ce rythme c’était pas gagner, heureusement la jeune femme paraissait plus enclin à lui parlait. Elle avait d’ailleurs l’air réellement surprise de le voir ici et Neros se demanda si il avait réellement mit au courants a famille de son retour parmi leur peuples. « Tes ailes… elles sont blanche ? » Cette fois il en était sûr. Le rouquin soupira, ayant envie de secouer Alaric. Pas étonnant qu’il se plaigne de ne pas être accepté, il c’était enfermer chez lui, fuyant le regard de sa famille et ce laissant mal mener par les autres anges. « Tu es revenu ? » Elle semblait soulager, ses yeux humides traduisant une profonde émotion. Quand soudain elle gifla Alaric. Neros resta sans vois devant ce geste plein de violence, le brun était sonné par la claque et quelque par lui aussi. Il aller ce mettre entre elle et lui quand elle se jeta dans ses bras. Bordel, il ne comprenait plu rien là. Alaric non plu d’ailleurs, lui jetant un regard désemparait. Neros haussa les épaules, qu’est-ce qu’il pouvait lui dire ? Milla c’était mise a sangloté contre l’homme alors le rouquin lui fit signe de fermer ses bras autour d’elle, chose dont il semblait être incapable jusqu’à ce que Neros le lui face comprendre.

« J’ai cru que tu ne reviendrait jamais. Que tu étais perdu. Plu personne ne voulait parler de toi. Tu étais comme mort. » Elle renifla bruyamment « J’ai crue te perdre. » Ce redressant, elle le fixa un instant. Ses mains glissèrent sur ses joues, comme si elle vérifier qu’il était belle et bien lui. « Tu es là maintenant. » assurât-elle doucement. Alaric acquiesça, plus sûr de lui. Neros imagina qu’il était temps pour lui de s’éclipsé. Il partit doucement, faisant un signe a Alaric qui le gratifia d’un sourire amicale. S’envolant, le rouquin ce percha en haut d’un bâtiment, regardant la scène. Alaric fini par rentré chez Milla, laissant un rouquin satisfait de sa bonne action. Alvin ce posa a cette instant près de lui, posant sa main sur l’une de ses épaules. « Tu as réussi à faire sortir Alaric de l’exil qu’il s’infliger. » « Qui est cette femme ? » « Sa sœur, Milla. » « Elle est plutôt jolie. » « Neros ! » Réprima Alvin, connaissant les antécédent auprès de la gente féminine de l’ange. « Ca vas, je blaguais.» ricana-t-il avant de retrouvé son sérieux. « Elle ignorait qu’il était revenu. » « Oui, toute sa famille refuser de le lui dire, pour éviter d’affronter la présence d’Alaric, mais à présent personne ne pourra lui tourné le dos. Sa sœur fera le nécessaire et grâce à toi, lui a retrouvé assez de courage pour ce battre. » « Ouais, peut-être. » Neros haussa les épaules avant de ce retourné pour quitter Alvin. Il n'était pas du genre a ce vanté, cela lui importait peut.


Dernière édition par Zéleph S. Stark le Mar 27 Aoû - 20:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: Neros niveau 4   Mar 27 Aoû - 20:14


Mission 3 :
 
« On est vraiment obliger ? » « Oui, Berry. » « Et ça doit forcément être lui ? » « Oui, Jude. » C’était agréable de voir comme l’ont pouvait être apprécié dans sa propre race. Neros souriait aux dix anges qui le dévisagé, l’air peut ravis d’être ici. Mathias, archange tapa dans le dos du rouquin avec une telle force qu’il aurait très bien pu lui déboiter l’épaule. « Ne vous en faites pas, Neros sera très bien vous aidé. Je vous le promets. » « Pourquoi ce n’est pas toi Mathias ? » « J’ai était demandé ailleurs. » Le mensonge était parfait, bien que Neros savait pertinemment que c’était faut. Mathias désirait absolument le faire travailler, qu’il s’implique. Le rouquin avait accepté. On semblait de plus en plus s’intéresser a ses aptitudes. Puise qu’on le sollicité, il ne refuser pas. Après tout il était naturel pour lui de venir en aide aux autre. Malheureusement en face de lui, tout le monde n’était pas toujours très enclin à l’accueillir. En réalité Mathias mettait Neros à l’épreuve, mais celui-ci n’en avait pas idée. Pour ce faire il s’éclipsa, laissant le groupe des dix anges devant subir l’instruction entre les mains du rouquin. « Bien, on mas dit que vous ne saviez pas grand choses sur le combat, mais je suis certain que c’est faux. Vous saurez bien me dire deux trois choses, ou avez des idées sur la question, non ? » Cette approche sembla déridé un peu certain. Sous le sourire du rouquin il était difficile de resté stoïque. Il était doux, franc, joyeux, personne ne pouvait très longtemps rester méfiant devant cette tête dite « d’ange ». Un jeune garçon leva timidement la main. Neros lui donna la parole d’un signe de tête. « Hum, nous ne devons pas provoqué nos adversaires. Ils risqueraient de ce fâché. » Le rouquin ria doucement, posant sa main sur la tête du gamin, lui ébouriffant les cheveux. « Ouais c’est ça microbe. Il vaut mieux rester stoïque devant ses ennemies. Le mieux c’est d’évité le combat, il est évidant que vous serrez en sécurité si aucune armes n’est sorti. Qu’elle est ton nom, petit ? » « David. » « David, tu as raison. C’est la première règle fondamentale. Malheureusement la haine de certain nous force à nous battre, mais cela dit seulement pour ce défendre. » Le garçon semblait satisfait d’avoir bien réagis. Il offrit un grand sourire de victoire à son instructeur, presque fière d’un début comme celui-ci. « Autre chose ? » Il leva les yeux sur les autres. « Doit-on attaqué en premier lors ce que l’ont sans le danger ? » Neros se retourna vers la femme qui avait posé cette question. Le rouquin réfléchit quelque secondes, car ce n’était pas aussi simple. « Eh bien dans l’absolu, non. Nous ne devons combattre que pour la défense. Nous devons préservait les êtres, quel qu’il soit et peut importes le mal qu’ils nous veulent. Par fois vous vous sentirez en danger, la tension de la situation vous fera certainement perdre votre sang froid. Cela-dit il faut que vous travailliez là-dessus, car il arrive que vous vous sentiez en danger sans que la violence ne soi employé. » Neros essayé d’être pédagogue avec ses élèves. Cela semblait marcher plutôt bien, les anges face à lui commencent doucement à le prendre au sérieux. C’était que pour un ange qui ce baladait toujours à moitié nue et parlait d’une façon très vulgaire, il n’avait rien de commun. On disait même que c’était par ce qu’il avait était réprouvé qu’il était ainsi et qu’il ne resterait pas ange bien longtemps, il finirait par sombré et devenir déchus. Tous parier pour cela. Pourtant Neros était là, accompagner de son grand sourire, a accepté d’aider ses camarades.

Après un moment à répondre aux questions, il était temps de passer à la pratique, ce qui semblait faire plaisir a certain et donner beaucoup d’anxiété a d’autre. Ce voulant rassurant, Neros prit son arc et ses flèches pour commencer à ce qui semblait être le plus amusant : le tire à l’arc. A trente mètre devant les cible, sur la ligne de mire du camp d’entrainement, il c’était avancer, montrant a ses élèves. « Nous somme à trente mètre pour commencer. Alors, vous prenez votre arc comme ça. » Il montré où il mettait sa main sur le manche. « Vous prenez votre flèche de l‘autre main, puis la positionner comme ceci, entre vos deux doigts, la corde pincer. »  Il leur présenta son arc avant tendre la corde. « Maintenant vous armez l’arc en bandant la corde. Plus la cible sera loin, plus il faudra dosé la puissance de l’arc et cela se fait avec la corde. » Il ce plaça bien en face de la cible, visant en suivant la ligne de son bras. « Là par exemple cela ne servira à rien de tendre la corde à son maximal, car en plus, plus la corde est tendu plu votre tire sera instable. Faites bien attention à cela. Oui la flèche serra très puissante et ira plus loin, mais vous viserait moins bien si vous tendez trop. » Lâchant sa flèche, celle-ci partit ce planté directement dans le centre de la cible avec perfection. Il tirait à l’arc depuis son plus jeune âge, il avait appris cela au Manoir Taiji, pendant que ces frères apprenait a ce battre à l’épée. Lui était bien plus à l’aise à distance qu’au corps à corps, il était même l’un des meilleurs archè qui soi. Ce n’était pas pour ce venté, c’était simplement vrai. Ses élèves furent impressionné par sa dextérité et cet atterrent de prendre leurs arc pour essayer à leur tour, voulant faite aussi bien. Ce qu’avait l’arc en plus des autres armes c’était son aspect ludique et sportif, il y avait quelque chose d’amusant car ce n’était pas fait que pour ce battre. C’était aussi un moyen simple de s’entretenir et de mettre à l’épreuve sa dextérité, son agilité et sa vivacité. Cela n’avait rien de barbare. En temps qu’ange, il trouvait que c’était l’arme parfaite. De plus en volant, cela pouvait être bien plus facilement maniable qu’une épée ou n’importe quelles autres armes.

Au début, Neros les laissa ce débrouiller. Prendre en mains l’arc, si faire, l’apprivoisé, s’adapter à l’outil. Puis petit à petit il s’approcha de chacun pour leur donner des conseille, les amélioré ou bien corriger leurs erreurs. Un par un, il prenait bien soin que chacun y arrive autant que les autre, ne laissant personne derrière. Il dû passer un peu plus de temps avec certain, mais il s‘en fichait, gardant toujours le sourire et la bonne humeur même si il répétait souvent la même chose. Il était satisfait de voir que chacun prenait gout à sa discipline. S’éloignant un instant il les observa ce débrouillé. Il était même un peu fière, cela se passait relativement bien. Chacun commencer a réellement bien ce débrouillé et même si il restait des flèches perdu, il y en avait de plus en plus sur les cibles. Le rouquin demanda alors à ceux qui le voulait si ils voulaient essayé le niveau suivant, c’est-à-dire avoir la cible a cinquante mètre et non plu trente. Cela leur paraissait très loin, mais il leur fit une nouvelle démonstration. Sa flèche arriva à nouveau sur la cible, au centre. Ceux qui s’en sentait essayaient alors ce rendant compte que c’était effectivement plus dur, même si leur arcs avaient étaient changer pour de la longue distance. Neros continua ainsi avec eut pendant deux bonnes heures. Il leur inculqua tout ce qu’il savait sur l’arc et ses petits secrets pour tirés. Les flèches, les quels étaient les mieux pour quoi. Légères ou non, quel bois était le mieux, et la pointe également. Un petit cours avant de retourner à la pratique jusqu’à ce que cela soit suffisant.

« Nous allons passer au corps à corps. Je vais vous montrer quelque prise qu’il est possible de réaliser pour désarmé son adversaire. Je vous rappelle qu’il est primordial que vous essayait de mettre votre attaquant KO plutôt qu’en arrivé à le tuer. La mort tant réellement le dernier des recours si il n’y avait aucune autre solution. Nous respectons chaque vie, quel qu’elle soit. » Chacun acquiesça et il demanda donc à l’un de ses élèves de venir près de lui. Il fit alors la démonstration de trois prise simple mais tout a fait efficace qui n’engager nullement a propre force, mais la force de l’adversaire. Il leurs fit alors faires à leur tour, plusieurs fois, répondant aux questions quand celles-ci émergé. Puis quand il vit que tout le monde avait bien la chose en main, il leurs donna des épées en bois. « Maintenant le maniement de l’épée. C’est avant tout un art, et c’est vrais il est compliqué, mais a la portée de chacun. Il suffit de connaitre les bases et de savoir manier l’arme comme il le faut pour pouvoir se défendre convenablement. » Parade, attaque, esquive, revers, Neros leur enseigna tout ce qu’il savait au maniement de l’épée. En tout cas, il le fit pour la défense, ne cherchant pas à leur montré beaucoup d’attaque puise que cela semblait être inutile a apprendre à des anges. Il ne suffisait de pas grand-chose pour arriver à ce battre avec une épée. Pour les femmes il leur enseigna comment contre carré le poids de l’épée et s’en servir contre l’adversaire. Pas besoin d’être fort pour donner des coup puissant, il suffisait bien de l’laisser le poids de l’arme faire son affaire. C’était là qu’était l’astuce. Comment ce battre en évitant le plus possible la fatigue et allonger l’endurance. Car un duel pouvait ce jouer, non pas au coup et au technique mais a l’endurance et la fatigue de chacun. Les instructions était concises mais au moins elles leurs serviraient longtemps, Neros n’en doutait pas. Cela dura jusqu’à ce que le soleil commence a sombré, laissant la nuit doucement ce lever. Le rouquin était réellement satisfait par le faite que tout c’était relativement bien passer et ses élèves avaient l’air contant, presque même rassuré de pouvoir à présent n’être plus sans défense. Oui, cela lui faisait plaisir d’avoir pu aider, et il se rendit compte qu’il pouvait le faire plus souvent au final, sans qu’on ne lui demande ou vienne le forcer.

La journée d’instruction ayant pris fin, tout le monde rentra gentiment chez lui. Seulement à sa plus grande surprise, on vin le remercier pour ses conseil et sa gentillesse. Il resta hésitant devant tant de remercîment, n’ayant pas franchement l’habitude qu’on soit aussi agréable avec lui. Il les remercia à son tour chaleureusement, les gratifiant d’un grand sourire franc qui n’appartenait qu’à lui. Il proposa même de redonnait ce genre de cour, car au final il en était ravis. Neros avait peut être découvert quelque chose. Le plaisir d’aidé les autre, d’aidé sa race.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Neros niveau 4

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti - Nicaragua Niveau de Pauvreté En interprétant l’article sur le ralen
» Niveau 3 : DUELS - Sortilèges / Magie Noire {Terminé}
» La mangue dominicaine depasse le niveau d'Haiti
» Les magiciens, le retour[Test Niveau 6, Lynn]
» probleme dans le jeu niveau management de la guilde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
« ACCUEIL »
 :: Quêtes
-