AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 temple serpent 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 16:51



« Des miracles ? » Zéleph était dubitatif. Il ne croyait pas en ces choses-là. Il ne croyait quand la force et la foi des hommes pour eux même. Lors ce que l’espoir brule dans l’âme d’une personne alors il semble qu’elle soit capable de tout. Peut-être qu’au sourire d’Harôun, c’était ce qu’il voulait dire dans ce sens. Si Zéleph se mettait à croire en lui, qu’il voyait qui il était vraiment, alors rien ne pourrait lui résister. Fallait-il encore qu’il le voit. Qu’il le comprenne. Cela semblait peine perdu, mais les esprits avait la prétention de ne pas abandonner. Certainement pas un de leurs plus haut rang, un esprit du tigre aussi puissant, cela serrait une tragédie de le perdre à nouveau. Sur tout pour le destin qu’ils lui avaient forgé, mais il n’en était pas encore là. Zéleph était bien loin d’embrasser la voie qui lui avait était tissé. Pour le moment il devait absorber leur puissance pour pouvoir enfin mériter son heure. « Veux-tu savoir qui tu es, Zéleph ? » SI seulement c’était possible. Si seulement. Etrangement, l’esprit vert lui tendait la main, son visage dénué de sourire où de toute perfidie. Etait-ce cela le visage d’Harôun l’or ce qu’il n’est pas cette assassin d’espoir ? Le réprouvé fixa la main, hésitant. Devait-il avoir confiance ? Voulait-il réellement tout risquer pour savoir ? Devait-il à nouveau ce voué à ceux qui avaient fait de sa vie un enfer ? Eux en qui il avait mis tout ce qu’il avait, tout ce en quoi il croyait, pour qu’ils le trahissent et le transforme en un simple pantin de bois pour satisfairent leur amusement. Il était le fou du roi. Prenant sa bravoure a deux mains, il leva le bras, ses doigts frôlant ceux de l’esprit qui lui sourit soudain, satisfait du choix de l’albinos. « Tu ne le regrettera pas. »

Autour d’eux la pièce disparut, ou bien peut-être est-ce eux qui avait disparut. Regardant autour de lui, Zélepn ne voyait que le noir, le néant. Fixant ses pieds, il marcher dans le vide. Comme perdu dans un trou noir. Pourtant il y voyait en plein jour. Il vit l’esprit disparaitre devant lui, sans un mot, juste dans l’un de ses détestables sourires. L’ancien roi se retrouva seul et nue. Il s’en rendit compte à cet instant. Il ne portait plu aucun vêtement, mais ne sentait ni le froid, ni l’air. Il était comme flottant dans quelque chose d’inexistant. « Qui es-tu ? » La voix de l’esprit résonna en écho autour de lui. Il chercha d’où elle pouvait bien provenir, tourna sur lui-même anxieux. Que ce passait-il ? Il n’avait ni vêtement ni arme. Nue, dans son simple appareille, comme au premier jour. Il ne lui vint pas à la penser d’appeler à l’aide, car demander c’était être faible. Soudain, à sa gauche, il fit une lueur. Une petite lumière douce, ce battant dans le noir, menacent de s’éteindre. Il s’en approcha doucement, ne voulant pas la faire fuir. Farouche la lumière paraissait de plus en plus loin a mesure qu’il avancer vers elle, alors il se mit à courir pour la rattraper. Elle semblait grossir, comme si il avait trouvé la sortie du tunnel. Une lumière aveuglante, qui soudain fonça vers lui à une vitesse époustouflante. Pendant un instant il fut aveugle. Il lui fallut plusieurs secondes pour retrouver la vue. Il sentait le soleil bruler sa peau. Le vent à nouveau, caressant ses cheveux blanc. Le bruit des blanches, le champ des oiseaux et l’herbe fraiche sous son pied. Il sentit une présence près de lui. Quelqu’un le frôla en passant à côté de lui, ne semblant pas le voir. Il ne vi son visage, l’homme ou la femme étant encapuchonner, mais il reconnue sa démarche et cette magie. Soudain la peur le prit au cœur. Il sentit à respiration s’excellera. Prit de panique il se mit à courir pour rattraper la silhouette entre les arbres. Un crie déchirant, fit fuir les oiseaux chanteurs alors qu’il arriver trop tard dans la clairière. Le corps d’une femme était là, échouer sur l’herbe, ses vêtements tachés de son sang. Il ne sut ce qui lui fit le plus de mal. Revoir les yeux jaune, vide de vie, où le petit garçon qui secouer sa mère, suppliant pour qu’elle réponde. Zéleph sentit ses genoux céder. Ses yeux ne quittant jamais le garçon du regard. Ce fut se jour. Ce jour-là qu’il perdit la vie. Le gamin au cheveu immaculé, vin ce blottir contre le corps froid de l’ange, grelottant de peur, suppliant tous les dieux qu’elle ce réveille, ne comprenant pas, ignorant que la mort venais prendre ceux que l’on aime par pur plaisir sadique.

Le noir réapparut. La scène fut comme si jamais elle ne lui était apparue, et il fut là, seul dans le noir, à genoux. « Qui es-tu ? » Il resta là sans bouger, les yeux fixer droit devant, là où se tenait son lui enfant. La lumière ce ralluma derrière lui. Il eut la force de se lever. S’avancent d’un pas lent, il sentit la pluie couvrir son corps, et son corps ce glacé a son contacte. La nuit fit place au néant. Les nuages noire, la fumer des torches sous le porche. A l’orée de la forêt, il regarder le cortège emmener le cercueil de sa mère. Posé au centre, sous le bois du toit. Il ne si trouvait pas, mais il ce souvenait du bruit que faisait les gouttes sur les tuiles d’ardoise noire. Alors il ce vie. En costume sombre, déchiré par l’incompréhension et l’injustice. Petit homme de cinq ans à peine, et portant le deuil de sa mère déjà. Seul d’un côté. Les anges de l’autre. Comme un paria, comme un criminel. Coupable de sa propre naissance. Personne pour lui tendre la main, personne pour éponger son chagrin d’enfant orphelin. Comment avait-il pardonné ? Où avait-il puisé la force de ne plus en vouloir à ces célestes êtres aux cœurs vide de compassion et de pardon. Alors même qu’il veiller sa mère, qu’il lui disait adieu, il les revit. L’arrachant de sa prières et ses supplications, le jetant de sous le porche. Dans la boue, sous la pluie, ses yeux rouges, pleurant toute ses larmes de son corps il souffrait comme chaque enfant arraché à sa mère. Si seul et abandonner. Il les voyait, les grands anges et leurs ailes immaculées, autour de sa mère qu’ils avaient renié toute sa vie. C’était injuste. Il était le seul à l’avoir aimer. Il revit alors ces silhouette noir sortir de l’ombre de la forêt et venir le prendre. Il n’émit aucune résistance, son regard posé sur la boite, qu’il savait vide aujourd’hui, mais qu’il croyait pleine à cette époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 16:54


« Qui es-tu ? » La pluie cessa. Il resta là, les yeux à nouveau perdu au milieu du vide, le cœur briser des souvenirs douloureux de son enfance. Arracher alors même qu’il venait de la perdre et jeté aux démons comme offrande, pour ce débarrasser de lui et ne plus s’ennuyait de sa vie. La lumière fut si froide quand elle vin le chercher cette fois. Il crue sentir comme une lame lui transpercer la poitrine quand il reconnue la grotte glacée et humide dans la quel il avait passé dix ans. Cinq longues années d’agonie et de peur. Torturé et humilier. Les bruits de chaines le firent lever la tête. Il se vit, aussi nue que présentement. Maigres comme un squelette, blanc comme un mort, recroquevillé sur lui-même, apeuré et plus seul que jamais. Zéleph s’approcha lentement, hésitant à chaque pas, redoutant chaque seconde la peur de se revoir lui tirant les entrailles. Dans la pénombre, il distinguer le cadavre qu’il était à dix ans. Son souffle ce coupa et son corps ce figea lors ce que ses yeux croisèrent les siens. Noire et vide, comme ceux d’un mort, inexpressif. Il n’y avait plu une once de vie dans ce petit garçon. La mort était déjà passée, fauchant son âme, ne laissant là qu’un corps vide condamné à subir encore et encore le plaisir morbide de son père.

Le grincement de la porte le fit sursauter. Il ce rappelait de ce bruit, comme l’annonce d’une souffrance prochaine, d’une humiliation a la quel il ne survivrait pas. L’air froid s’engouffra et il eut un frisson quand en levant les yeux il vit l’ombre de son paternel. « Shizuo, c’est l’heur de jouer. » Zéleph sentit la bile lui monter dans la gorge, le dégout l’insupportant. Pourtant, l’enfant n’avait pas bougé. Il ne semblait ne même pas avoir entendu. Ce souvenir déchira le réprouvé. Il sentit à peine les deux démons lui passer à coter pour venir ramasser le gosse et le trainer par ses chaines, comme un vulgaire animal conduit à l’abattoir. Il fixa ce qu’il était à dix. Cet être dénué de tout sentiment, détruit. Il n’était plus que miette, ressemblait à un cadavre mort depuis des années. Il avait cessé de supplier, avait accepté sa condition et s’en était allé ce jour-là. A jamais quelque chose fut briser en lui. Annihiler. L’espoir, la foi, l’innocence. Il regarda cette être sans vie, ce faire emmener et sur sa joue une larme coula. « Qui es-tu ? » Le murmure d’Harôun venait encore le tourmenter. La porte ce referma sur les ombres de ses bourreaux, et son squelette, le plongea à nouveau dans le noir. Zéleph aurait temps voulu hurlé, pleuré, déchainer sa peine et sa douleur, mais il n’en eut même pas la force. Il était là, juste debout, son être tout entier soufrant dans un lourd silence.

Pendant quelques minutes, il n’y eut lu de lumière. Comme si on lui laisser le temps de reprendre son souffle. De reprendre ses esprits. Etait-ce seulement encore possible ? « Qui es-tu ? » Cette voix. Ce n’était pas celle de l’esprit. Il la reconnue. Plus claire, cristalline, elle appartenait a une jeune fille. Levant les yeux, il la vis et son cœur sembla battre à nouveau. Sur le port, là où il tuer les rats des navires pour ce nourrir et volé les marchant, ils les avaient rencontré. Son couteau sous sa gorge. Plaquer contre un mur, ce fut la première fois depuis que les nains qui l’avaient recueilli étaient morts qu’il parlait à une femme. Il s’en était sortie. Il avait survécu après que l’on ait jeté dans la forêt, laissé pour mort. Les nains lui avaient appris à parler, à écrire, lire et survivre jusqu’à ce que eux aussi finisse par mourir devant ses yeux. Il était partie, avait fui alors qu’on l’accuser de leurs mort et c’était retrouver à vivre là, entre les égouts et la vermine. La fille appuya plus encore son poignard sous la gorge du réprouvé, mais il ne semblait nullement effrayé par la mort au contraire dans ses yeux rouge, il supplier la gamine de le libéré. Il se souvenait du regard bleu de Mégara. Cette douceur, cette émotion quand elle eut lu dans ses yeux toute la détresse de son être. « Moi c’est Mégara, mais tu peux m’appeler Még si tu veux. » Elle c’était dégager et lui avait tendu la main. Ne semblant pas savoir ce que cela signifier, il resta là à la regardé, l’air inexpressif. Elle finit par lui prendre et lui mettre dans la sienne en lui souriant gentiment. Ce tournant vers la rue, elle siffla, et en quelques secondes à peine, quatre autres gosses firent leurs apparitions. Ils n’avaient tous pas plus de quinze ans, tout comme lui. C’était il y a si longtemps, mais il se souvenait encore du sourire d’Adam, de la couleur cuivré des cheveux de Walden, des du parfum de Mélissandre et de l’odeur de rhum de Flint. « Qui es-tu ? » Adam et son air supérieur. « Shizuo Stark. »

L’ombre l’entoura à nouveau, les cinq enfants ce dissipèrent dans le noir, ne restant que l’immaculé avant que celui-ci ne s’efface à son tour dans l’écho de sa voix monotone. « Shizuo Stark »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:02


Combien de temps avait-il passé à parcourir les terres du Yin et du Yang avec les cinq orphelins ? Combien de temps, sans but autre que celui de survivre alors même que chaque jours il fixer ses armes en se demandant si il ne valait mieux pas ce trancher la gorge tout de suite et abréger enfin ses souffrances. Il avait tant de fois empoigner son poignard, mettant la lame contre sa gorge, fermer les yeux et attendu que le vent lui dicte son geste. Seulement il se souvenait toujours de ce qui arriver aux suicidé et il ne voulait vivre comme une ombre a erré dans le seuls but de guider les âmes vers la fin, après tout n’était-e pas ce qu’il faisait déjà ? Alors il avait attendu, attendu que la mort vienne. Il avait vue tous ces amis ce perdre, ce déchiré, mourir parfois aussi. Lui il survivait encore et toujours. Seul. Irrémédiablement seul malgré les corps autours de lui. Malgré l’amour des femmes et l’argent gaspiller aux jeux ou à la boisson. Toujours vide malgré l’adrénaline, malgré les combats, les guerres et les morts. Un cadavre. Un mort vivant. Sans cœur, ni âme. On l’avait dit insensible. On l’avait jugé, enfermer, torturé encore et encore et il ne semblait rien sentir, même pas la douleur d’une lame enfoncer dans le cœur, car il en était dépourvue. Zéleph ce souvenait, oui, il se souvenait comme du jour dernier. Quand l’espoir lui était revenu. Quand un souffle de vie c’était incrusté en son corps. Seulement elle c’était éteinte aussi tôt. L’évidence l’avait frappé trop de foi pour qu’il y croit encore. Il était maudit, tout simplement. N’avait droit ni à vivre, ni à mourir. Simplement être là. Une créature creuse. Vide. Tout ce qu’il toucher, tous ceux qu’il aimer finissait par en payé le prix et au final il ne restait que lui. Assassin, il avait le sang de ceux qui avait tenue à lui, sur les mains. Voilà qui il était. Un meurtrier. Un monstre qui n’aurait jamais dû naitre. Son père avait raison. Il ne semé que destruction et souffrance autour de lui.

« Zéleph m’a fait monter en puissance, la soif de sang et de chair mes venu, la violence et la rage a pris possession de moi et lors ce qu’on ma expliquer ce qui me pousser vers ce mal j’ai compris. Je ne devais pas subir Zéleph, je devais le contrôler. J’ai décidé de lui voler sa puissance, de l’écraser, de devenir le nouveau Zéleph et d’oublier ma vie faite que de destruction et de malheur. » Il entendit sa propre voir, résonner, il eut la sensation de la sentir vibré en lui. Ses mots, ses propres mots. « Mensonge. » Le murmure d’Harôun revins comme une sentence, alors que sa propre vois continuer de se faire entendre, forte et claire, comme à l’époque où ses mots son sortie de sa bouche. « Je veux oublier Shizuo et me créer une nouvelle vie grâce à Zéleph. » Il ce rendait compte a quel point c’était injuste. « Zéleph est bien plus digne que Shizuo, je regretté de n’avoir était capable de contrôler le mal qui était en moi, aujourd’hui je subi pas ma colère, je l’utilise. » Comme il c’était bercer d’illusion et de faux. « Mensonge. » Il avait honte, honte de les avoir crue et de s’être laisser manipuler. Le besoin de fuir, l’espoir d’avoir une vie meilleure. Il n’avait pas cherché plus loin que cette simple évidence. « Même ton père a eu honte de toi et ta mère a préférait mourir que de vivre avec ça ! » Shizuo disparaissait. Si il mourrait enfin, alors il pourrait être libre et retrouvé la vie qu’il avait perdu au moment même où sa mère était morte. « …tout est … de ma faute. » Son cœur fut transpercer de centaine d’aiguille alors que ces mots ce répercuté en lui, comme le glaive s’abattant sur les géants. « Il ne partira jamais, il fera toujours partit de moi, mais j’ai compris aujourd’hui que je ne dois pas y penser. Je dois vivre ma vie pour moi et ne plus culpabiliser pour la mort de ma mère, ni celle des gens que j’ai aimé. » « Mensonge. » Les yeux fermés, il se sentait tremblait, humilier une fois de plus, couvert de honte, la douleur le submergent, la peur aussi. Pourquoi avait-il peur ? Pourquoi avait-il si peur ? Il avait crue au vent, à l’eau et au sable, et jamais il ne vie la faiblesse de ses prières, jamais il ne vie qu’il c’était tromper. Il sombra lus encore que jamais. La chute fut longue et l’impact douloureux. « C’est lui le problème, pas moi. » « Mensonge. » « JE SAIS !! »

Son crie déchira le vide. Il rouvrit ses yeux rouges, emplit de colère et de peine sur son reflet. Un miroir dans lequel il pouvait ce voir en entier. Lui. Seulement lui. Son regard était planter dans le sien et son dégout ne fit qu’augmenter. Lui qui se disait si brave, si fort, n’ayant peur de rien avait fui comme un lâche toute sa vie. Il c’était fui lui. Ne supportant pas non pas le monstre qu’il était, mais sa souffrance. Ce qu’il avait subi, la torture et ce qu’il avait détruit alors même qu’il ne demandé qu’un peu de compassion. Le miroir ce brisa. Les morceaux tombant un a un sur le sol. Lentement comme au ralenti. Il ne pouvait pas ce supporté, c’était plu for que lui. Il préférait être aveugle que devoir subir ça. Les poings et les dents serrées, il ne savait que faire entre hurler sa douleur ou bien sa rage. Il ne savait quel sentiment déchainer, son être serrait apaiser. « Je suis à toi, rien qu'à toi. » Son cœur rata un battement. Ce chuchotement. Ce souffle chaud. Cette voix. Il crue défaillir. Ils n’avaient pas le droit. Pas ça. « Non. » Il ne pouvait le supporté. Pas maintenant qu’il était faible. Pas maintenant. « J'ai envie de toi... » Il semblait que cela fut peine perdu de ce battre. Elle était par tout autour de lui. Seulement il ne voulait pas l’entendre pas après avoir revécue les pires épisodes de sa vie qui on fait de lui l’être briser qu’il était, la pauvre loque qu’il essayé vainement de cacher. Pas alors qu’il était en colère contre elle.  « J'espère que tu...est fier de toi, fier de signer ton arrêt de mort, de signer ta future haine profonde pour moi... et ma haine pour toi... » « Ce ne sont pas nos aptitudes qui fond qui nous somme. » Il n’avait pas oublier, non il n’avait pas oublié, Harôun n’avait pas à le lui rappelait. Il savait quel combat il avait mené contre elle, sachant qu’il perdrait de toute façon, mais que s’il devait perdre alors elle perdrait avec lui.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:07


« Ce sont nos choix. » « J'aimerai vraiment rester avec toi pour toujours. » « Nos actes. » « William dit que je ne dois pas être semblable aux mortels, que cela risque de fausser mon jugement et de m'affaiblir. » « Tu n’écoutes jamais. » « Je veux devenir humaine, me détacher de toutes ces obligations, prendre du temps pour moi, pour nous. » « Tu fuis. » « Le problème, Zéleph, c'est que, quand je suis avec toi, j'oublie tout ça, mon statut, ce qui me maintient en vie, le temps qui passe. » « Tu refuses de comprendre. » « Erza est morte parce que son futur est apparu devant moi. Une femme, elle dans trois cent années, une génie. Je ne l'ai pas senti venir, c'est lui qui m'a dit de ne pas bouger de la pièce dans laquelle je me trouvais... » « D’entendre. »  « Je t'avais prévenu!! Je te l'avais dit dès le début que tu ne devais pas essayer de m'avoir! Tu n'en as fait qu'à ta tête! C'est toi qui a voulu me charmer! C'est toi qui m'a mise enceinte et c'est toi qui m'a oublié! » « Qui es coupable ? » « Je t'aime Zéleph. » « Qui doit payer ? » « C'est avec toi que je veux faire ma vie... » « Tu sais, mais tu refuses de le voir. » « Je te veux, toi, ton corps, ton esprit et toutes tes qualités et tes défauts qui font de toi l'homme que j'aime, l'homme que je choisis. » « C’est si simple pourtant. » « Quand tu es loin de moi, je me sens vide. Alors je lutte contre ce sentiment, je lutte contre l'appel de ton corps, je lutte contre l'envie de t'admirer. Il y a tant de choses que je veux vivre à tes côtés. » « Cesse de lutté, et affronte la vérité. » « Erza te cherche Zéleph. Elle ne sait pas qui est son père mais elle va finir par trouver. Elle te ressemble. » « Ouvre les yeux ! » « Arrête ! » La peur, l’appréhension. Il sentait ses forces l’abandonner à mesure qu’il entendait sa voix, comme si il revivait chaque moment, toutes ces heures avec elle, en quelques secondes, et c’était insupportable.

« Je sais que je peux te rendre heureux. » « Ça suffit. » Soufflât-il désespéré. « Comme je sais que tu peux la rendre heureuse. » « Nos choix, Zéleph, souvient-en. » « Dis moi Zéleph ô combien tu détestes ton reflet dans le miroir, ô combien tu penses que ta naissance fut une erreur. Dis moi ô combien tu aimerais haïr ce monde mais ô combien tu l'aimes aussi. » Plus que tous ces mots le transpercèrent encore. Il était nu, son âme était là, aussi vulnérable que l’on puisse l’être. A vif. « Laisse-moi. » Suppliait-il. « Je t'aime, Zéleph, tu es ce que j'ai de plus précieux en ce monde. » Il vacilla. Ne pouvant ce rattraper au vide, il chuta. Ses genoux frappèrent violement le sol, alors même qu’il ne semblait y en avoir aucun. Les épaules basses, il était abattu. N’ayant pas la force de se battre. Il savait ô combien il avait tort, combien il c’était trompé tout ce temps, mais il était trop fière, jamais il ne pourrait admettre une telle horreur. C’était au-dessus de ses forces. Neros, Erza, Mitsuko, ils étaient les dernières brides de sa vie. Sa dernière chance, seulement il lui semblait impossible que cette fois cela marche, qu’il est un espoir, ne serait-ce qu’infime.

Il avait trop souffert. Trop subis. Peut-être ce protégeait-il au fond. Alors pourquoi avait-il la sensation d’être mort, encore, irrémédiablement ? Pourquoi avait-il besoin de trouver la mort pour qu’elle vienne a lui le délivré de cette prison charnel ? Pouvait-il regarder sa femme dans les yeux, et prier encore pour que la fin soi proche ? Il se mentait à lui-même. Depuis toujours. Il n’était qu’un lâche. Il fuyait sa vie, son passer, ses souffrances. Préférait cela a affronté la réalité. Car au fond il le savait, il l’avait toujours su. C’était si évidant, mais bien trop dure à admettre. A présent, seul, perdu dans le noir, vidé de toute force, il ressemblait à cette enfant apeuré, recroquevillé au fond de cette grotte. Ce cadavre avance vers la mort, voulant l’embrasser avec passion pour s’offrir enfin la délivrance qu’il attendait. Seulement il n’en avait plu le droit, plu aujourd’hui et cette vérité lui faisait mal. Mal de remord. Encore une fois, tout était de sa faute et il avait fait e sorte de rejeté la culpabilité sur tous, quitte à tout perdre, pour se sentir libre. Une liberté qui n’avait pas de sens, lui le captif, enchainer a ce corps vide de toute vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:09


Levant les yeux, il vit à nouveau la main de l’Aether tendu vers lui. Il ne sut pourquoi mais il ressentit une certaine délivrance à voir l’esprit devant lui, l’invitant à quitter ce cauchemar. « Qui es-tu ? » Pouvait-il le dire ? Même le croire, car il était si dur d’admettre le pire, le mal. Il était difficile de faire face. Zéleph leva la main et attrapa celle d’Harôun avec force, retrouvant la vigueur perdu alors que ses mots ce propager dans l’immensité. « Stark. » Il se leva. Ce redressa de toute sa hauteurs. Là sur ses deux pieds. Impressionnant de conviction. Il semblait ne plus pouvoir reculer. Ne plus vouloir le faire. « Shizuo Stark. » La voix forte, il ne silla pas, a aucun moment. Tout était Clair. Harôun sourit et le néant disparut. Ils furent à nouveau dans la grande salle du temple, froide et humide. Le trône de l’esprit vert surélevé au centre, et la lueur du jour donnant a peine de quoi distinguer les gestes de chacun. Zéleph était pourtant nue, et avant qu’il ne pose la question, l’Aether lui sourit. « Par ce que c’est une renaissance. Tu commences à accepter qui tu es, sans te cacher. » Zéleph remarqua alors que la magie dont il se servait pour cacher les cicatrices profanant sa peau avait disparu, laissant les marques de son fardeau apparaitre. Toute sa peau en était couverte. Les souvenirs de son passer, de son enfance. Il n’était devenue Zéleph que pour ce cacher, pour ignorer la vérité, ce voilé la face, ce voilé au monde. Seulement à force de mentir aux autres, il c’était menti a lui-même et ne pouvait plu le supporté.

« Ceux-ci est la premières porte qui te mènera là où tu le souhaite. » Regardant ses bras, frôlant du bout de ses doigts les fines marques blanches sur ses poignets. Il ce souvins de la lourdeur des chaines qui le tenait prisonniers. Ceux qu’il trainer aux mains, au cou et aux pieds, ils avaient laissé d’affreuses traces qu’il c’était efforcer de dissimuler et qu’il avait fini par oublier. Oui, il avait oublié qui il était. Zéleph ou Shizuo, l’un comme l’autre était un martyr. Seulement l’un avait souffert en rugissant de révolte, alors que l’autre c’était soumis en silence, incapable de ce défendre, il avait accepté sa peine. L’humiliation. Il avait honte de sa vie. Seulement c’était cette vie qui faisait de lui ce qu’il était. Ses choix. Il était peut-être temps de faire celui d’accepté et de ne plus fuir. « Quel est ce sentiment ? » « Le vide. » Il était vide et si seul dans ce combat. Personne ne pouvait l’aider, et de toute façon il était trop fier pour ce laissé soutenir par qui que ce soit. Ce chemin de croix c’était le sien. C’était son calvaire et il devait l’affronter seul où cela n’aurait servis a rien. « Je sens la peur. » Zéleph leva les yeux, soutenant ceux de l’esprit. Oui, il avait peur. Il était mort de trouille d’être de nouveau ce gamin effrayé, ce gamin sans défense, à l’agonie. Par ce qu’il l’avait enfouis si profondément en lui, qu’il avait peur que cela l’affaiblisse. « N’oublies jamais ce que tu es, car le monde ne l’oubliera pas. Puise là ta force, ou tu t’en repentiras comme d’une faiblesse. Fais-t-en une armure, et nul ne pourras l’utiliser pour te blesser. » C’était plus qu’un conseille, c’était un précepte qu’Harôun voulait inculquer a son disciple. Qu’il comprenne enfin. Qu’il sache et arrête de ce caché, de ce trouvé des excuses. A présent il devait tenir debout, et ne plus jamais ce dérobé. C’était le premier pas. La première pierre posée sur le long chemin qu’il aller devoir parcourir.

Cela serrait dur, cela serait terrible, mais cela ne serait jamais pire que ce qu’il avait déjà affronter. Rien ne pourrait être insurmontable pour lui si il ce souvenait des douleurs passer. C’était dans cela qu’il devait trouver sa force, puiser cette rage qui faisait de lui un être si exceptionnel. Une puissance d’esprit qui ne pourrait plier genoux devant aucune souveraineté, quel qu’elle soit. Son cœur devait simplement ce remettre à battre. Il devait trouver la force pour ce laissé aller. Pour écouter ces battements et croire à nouveau a quelque chose de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:12


« Je suis fatigué. » « Je sais. » Zéleph avait oublié sa rancœur en vers l’Aether, il le traiter presque comme un vieille ami, qu’avec la haine qu’il posséder avant tout cela pour lui. « Je ne suis que chaos. Ce trou béant dans ma poitrine, attendant de m’avaler. » « Le chaos n’est pas un trou. Le chaos est une échelle. Beaucoup de ceux qui tentent d’y grimper échouent et ne peuvent jamais s’y reprendre. La chute les brise. A certains est donner une chance de grimper, mais ils s’y refusent. Ils s’accrochent à leurs royaumes, ou aux dieux, ou à l’amour. Des illusions. Seulement l’échelle est réelle. La gravir, c’est tout ce qu’il y a. » Harôun souriait toujours alors qu’il posa sa main sur l’épaule du réprouvé, son regard semblant s’enfoncer au plus profond de son âme. Zéleph avait la sensation qu’il pouvait tout savoir de lui, peut-être était-ce déjà trop tard. Surement même. « Il n’y a pas de fatalité, juste le choix d’y monter et la force de ce hissé jusqu’en haut. » Il était inévitable. L’albinos savait qu’il l’avait déjà franchis et qu’Haroun l’inviter à recommencer, mais cette fois en étant ce qu’il était. Il serait plus fort, plus brave, plus terrifiant. Pourtant ce n’était pas la destruction qu’il désirait, c’était bien autre chose. Quelque chose de bien plus précieux et fragile, qui avait le pouvoir de supprimer jusqu’à la moindre certitude en son cœur.

L’Aether sourit alors et ce recula, marchant lentement vers son siège. Cela sembla durer une éternité aux yeux du réprouvé, et pourtant il ne passa que quelque seconde, tout au plus. L’esprit s’assit, et le regarda à nouveau. Le surplombant de sa superbe. Il déclara tout simplement, comme si l’évidence n’était plus a prouvé.  « Dès cet instant elle t’a aimé et jusqu’à l’instant où elle mourra elle continuera de t’aimer d’un amour absolu d’un amour à toute épreuve. » Zéleph sentit son cœur frapper douloureusement dans sa poitrine. Cela aurait du le rassuré, mais il avait toujours autant de mal à le croire et Harôun savait qu’il ne pourrait jamais surmonter cela. Trop longtemps torturé, battue pour qu’il ne croie jamais que l’on puisse l’aimer. Qu’il en vaille la peine. Voilà qui serait le plus dur, le plus douloureux. Arriverait-il seulement à le croire ne serait-ce qu’une seul seconde. « Le problème, c’est moi. » La douleur dans sa voix aurait pu attrister Harôun si il avait eu un semblant de compatie, mais il se contenta d’approuvé, tout simplement. « Le problème, c’est toi. »

A présent qu’il le voyait, peut être arriverait-il à ce comprendre et a s’accepté comme il était, comme il avait toujours était. Cela semblait eux yeux de Zéleph insurmontable. Lui la chose jeté comme un déchet. Il n’était même pas un homme aux yeux du quel il avait grandi. Sa mère. Oui sa mère était là, elle avait survécu, mais il ne pouvait l’aimer comme avant. Son fils n’était plus le même, son fils avait était briser et jamais il ne pourrait se remettre. Jamais plus il ne serrait comme avant. C’était peut-être ce fait qui le rendait le plus furieux et lui faisait e plus de mal. Elle non plus n’était pas la même. Il la détester tellement pour l’avoir abandonné. Un pardon ne pourrait être prononcé pour cette trahison. Ils l’abandonner tous, et il subissait cela comme une mutilation de son âme. Bien sûr au commencement ce n’était pas sa faute, ils étaient tous coupable, mais il était incapable, dans sa grande bonté, de les haïr pour autant. Car malgré l’être horrible qu’il pouvait être. Le monstre sans cœur. La bête déchaînée. Il ce haïssait plus qu’il ne pourrait jamais haïr personne, et ce répugner plus que ce monde le répudier. Sa mère ou son père. Aussi douce soit l’une, et cruelle soit l’autre. Aussi menteurs soit l’un et victime soit l’autre. Ils étaient tous les deux coupables, autant l’un que l’autre. Il était né dans un monde qui ne voulait pas de lui. Il avait survécu malgré tout. A chaque espoir il avait brulé devant ses yeux dans des cris de douleurs et de terreurs. Il n’avait rien pu faire, et aujourd’hui encore, aussi puissant soit-il jamais il ne pourrait rien y faire. Alors arriver au bout du chemin, il avait tout abandonné pour finir là, devant un Aether, au porte d’une nouvelle aube. « Tes souvenirs te fond souffrir. » « J’avais oublié le gout amer du passer. » « Tu as oublié la vérité, Shizuo. Et lors ce que le mensonge s’efface pour laisser place aux vrais, alors les regrets fond place aux remords. » Zéleph acquiesça difficilement, ne pouvant que faire face. « Voilà le vrais gout de ta vie. » La désolation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:14


« Je ne sais pas si je suis près. » « Non, bien sûr que non. Personne n’est près pour cela mon ami. Il le faut, c’est tout. » Et après il lui disait qu’il n’y avait aucune fatalité. Ce n’était pas ce qu’entendait le réprouvé quand Harôun lui disait cela. Quand bien même de toute façon. L’obstacle paraissait insurmontable et il ne savait comment commencer et surtout si cela aller finir un jour comme il pouvait l’espéré. « Personne ne demande que tu sois bon ou mauvais. Il incombe à toi de faire tes propres choix, avec tout ce que cela pèses sur ta personne, à présent que tu acceptes qui tu es, rien ne doit pouvoir t’arrêter. » Rien ? Pas même lui ? Il n’était toujours pas sur de le pouvoir. En avait-il la force, et là on ne parlait pas de puissance, mais d’une force bien au-delà de ça. C’était une chose qui lui semblait si loin. Terriblement obscure. L’inconnue ne lui avait jamais fait peur. Il c’était jeté à corps perdu dans bien des aventures qui semblait perdu d’avance, des quêtes et des promesses sans fin, sans jamais ressentir une seul angoisse. Pourtant à cet instant, tout cela paraissait n’être qu’une pauvre promenade en été devant ce qui l’attendait à présent.

« Cela fait partie du problème. » « Quoi donc ? » Ce redressa le réprouvé. « Tu ne t’es jamais permit de rêver. De croire en cette illusion et de puiser ta force, car tu t'es interdit l’espoir. Comme le fruit défendu. Tu aurais honte de rêver. Tu refuses d’être de ces autres faibles qui se couche sur des mirages et pense que cela pourrai ce réalisé. » Quel mal y avait-il à cela ? Il n’avait pas le temps de rêver. Ses rêves étaient tous des cauchemars, alors il avait bue, bue pour oublier, bue pour dormir, bue pour ne plus penser. « Tu ne dois pas tout réapprendre, car tu n’as jamais appris cela. Oui c’est toute une vie de chose que tu ne sais pas que tu devras acquérir par toi-même et toi seul peut le faire. » C’était bien triste de réalise que Zéleph n’avait pas eu une once d’innocence, il n’avait presque aucun souvenirs de sa petite enfance, comme tout être de ce monde. Cela n’était que bride et floue incertain. Alors aujourd’hui, dans sa nouvelle naissance, il devrait vivre quelque chose d’inconnue, malgré la peur, il devait avancer dans ce brouillard épais et ne jamais reculer.

« Peut-être à tu bien fais au fond, de ne jamais y croire. Tu apprendras qu’il y a des rêves qui ne peuvent être. Des tempêtes et des torrents qui ne peuvent être franchis. Des espoirs vins. Mort avant même leurs naissances. Seulement il faudra y croire malgré tout. Il faudra te battre. » Harôun eut un rire mauvais. « Suis-je bête. Au final tu le sais très bien tout cela, car malgré tout, voilà des choses que tu a déjà vécu mainte et maintes fois, alors je n’ai rien à t’apprendre. » Oui, il ne le savait que trop bien. Le subissait depuis toujours, et ce relevait malgré tout. C’était cela qui faisait sa légende auprès de son peuple, cela qui faisait son honneur et sa fierté, lui l’enfant de rien. Pourtant si ils savaient. Si seulement ils savaient comme il était creux. Comme il était faible. Lui le lâche. « Il ne tiens cas toi de te prouver que tu vaux quelque chose. L’opinion des autres ne ta jamais atteints, alors ne leurs fait pas cette honneurs aujourd’hui. » Oui, il avait terriblement raison. Avec la royauté il avait perdu de vue l’essentiel. L’égoïsme qui faisait de lui cet être détestable, insupportable, que l’on ne peut s’empêcher d’aimer, de par sa fragilité. Il avait perdu Shizuo, avait créé Zéleph, mais le petit garçon était toujours là et il ne demander cas être libéré pour une nouvelle chance de pouvoir se défendre, respiré.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:19


« Autre fois tu étais ambitieux. Tu voulais la richesse, les femmes, l’alcool et tout cela en restant allonger sur un lit. Tu as eu tout ce que tu voulais à la seconde où tu t’es levé et tu t’es mis à marcher. » « Quand j’ai tourné le dos à qui j’étais. » « Vrais ! Seulement les choses changes, les gens sur tout et toi tu n’as cas le vouloir pour pouvoir retrouver ce qui a était perdu. » Qui c’était perdu ? Lui ? Peut-être bien oui. Et comment se retrouver ? Qui ? Quoi ? Comment ? Le sens de ces questions ne trouverait jamais réponses. Quand bien même, il n’en voulait pas. Cette ignorance lui aller bien. Il faisait le sourd depuis si longtemps, alors même qu’il en savait trop ou peut-être qu’il avait simplement toujours sue. Il avait simplement refusé de le voir vraiment. « Tu n’as jamais souhaité te venger ? » « Non. » L’esprit sourit, il semblait impressionné quelque part et Zéleph ne sut si cela fut encore pour le blâmé ou de la pure sincérité. « Après tout ce que tu a subi. Après les affreuses choses que l’on t’a faites. Briser un être aussi chétif. Jamais tu n’as ressenti le désir de vengeance ? » « Pas pour eux. » C’était leurs donner trop d’honneur. Ou peut-être de l’abandon, mais au fond il savait que c’était surtout par ce qu’il savait que si il avait dû ce venger, il aurait du affronté son passer et ça, il en avait toujours était incapable. « Alors tu les as laissé vivre, sans jamais être punis. » « Oui. » C’était assez douloureux, mais il n’avait aucun regret. Il ne savait même pas si son père était mort, il ne reconnaitrait pas les anges ou des démons qui avait fait de lui le cadavre qu’il était. Alors à quoi bon ? Harôun ce défi de son sièges et descendit les marches qui le mené jusqu’à Zéleph, avant de ce stopper en plein chemin. « Je la vois à présent. La grandeur du Dovahkiin. Cette bonté silencieuse. » Etait-il altruiste ? Non, il ne le croyait pas. Il se savait égoïste et assez égocentrique. Il était certainement trop humble pour reconnaitre ce qu’il avait de bon en lui. Ou alors, il avait bien trop de dégout pour sa personne pour voir les valeurs qui faisait de lui cet homme que tout un peuple avait adoré. « Ah, le chemin sera long. » Fini par soupiré l’esprit, laissant Zéleph dans une incompréhension total alors qu’il remonter s’assoir l’air presque contrarier, ou alors déçu. QU’avait-il fait ? Le réprouvé ne pouvait savoir, totalement étranger aux penser et à la logique de l’Aether.

« Laisse donc. » Un moment ce passa avant que l’esprit ne reprenne. « Es-tu près alors ? » Devant l’incompréhension du réprouvé, l’esprit continua. « A apprendre à vivre ? » « Etait-ce cela que vous vouliez ? » Harôun sourit. « Ce que je désirais, c’était gagner ton respect. » « Il se peut que vous ayez réussit. » « Je le vois. » Peut être que Zéleph semblait reprendre confiance en la puissance des esprits, de certain seulement cela dit. C’était déjà un début, c’était tout ce que désirait Harôun. La prochaine fois il reverrait un autre homme que celui qu’il avait devant les yeux, un peu plus proche chaque jour de son ascension a un destin bien plus grand encore que tout ce qu’il pouvait imaginer. « Je ne poserais pas genoux. » « Je sais. » Il était satisfait de son œuvre. Il ne voulait pas soumettre Zéleph, cela n’était que provocation pour le faire réagir et il avait réussi. A présent le réprouvé était troublé et dénudé de certitude. Peut-être que l’être buté et arrogant auquel il avait eu à faire au début c’était enfin calmer. Quoi qu’il en soit, a présent Harôun avait une certitude. Zéleph était tout à fait capable de suivre le chemin que les dieux lui avaient choisi. Cela même si il les détestait peut leurs trahisons et leurs manipulations. Il était fait pour cela. Ils l’avaient forgé pour et il ne pouvait en être autrement. C’était maintenant à lui de prouvé qu’il pouvait le faire.

Encore une fois les esprits faisait de lui ce qu’ils voulaient sans même qu’il ne s’en rende compte. A quoi bon faire semblant ? Les Dieux mentaient autant que les mortel, et même si le mensonge était un art adieux, Zéleph finirait bien un jour par le pardonner, que cela prennes des siècles ou un jour, ils s’en fichaient comme de leurs premières sucette. « Tu sais qui tu es à présent. Tu te souviens et tu es prêt à affronter ce que tu as était et serra toujours. C’est tout ce qui importe à cette heure. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:26


Ce pouvait-il que les Aetheri veuillent son bien au final. Il avait peine à le croire, même si il était disciple ici depuis longtemps, Zéleph savait que trop leur manigance et il était troubler par ce qu’Harôun venait de faire pour lui. Etait-ce réellement pour lui, ou est-ce que cela était à double tranchant ? Le réprouvé ne le serait probablement jamais, mais il voulait croire qu’il y avait une part de générosité dans ce don. Pourtant il n’était nullement optimiste et n’avait pas retrouvé sa foi. « Avance. » le réprouvé obéit. De quelques pas à peine, il gagna les marches menant au trône de sa majesté l’esprit des cartes. En bas, il regarda l’être vert qui le surplombé, mais qui ne semblait plus prendre ce plaisir malsain à être au-dessus de lui. Il semblait ne plut désirer le dominer, mais simplement lui donner ce qu’il était venue chercher. Avait-il était à la hauteur ? Pourtant Zéleph n’avait fait que subir encore et encore, la douleur l’avait transpercé de part en part, le paralysant totalement, lui arrachant les miettes de cœurs qu’il avait encore pour les éparpiller dans le néant. « Es-tu près a monté à l’échelle ? » Zéleph acquiesça en silence. « A affronter ton reflet ? » Une nouvelle fois il acquiesça plus difficilement mais il le fit malgré tout. « Vivre avec tes cicatrices et affronter la vérité. Ne plus jamais fuir et rejeté la faute ? » Devait-il aussi devenir un honnête homme, s’affranchir du mal et vivre comme paysan au fin fond du monde, cacher du mal ? Par ce que là Haroun lui en demanderait beaucoup trop. L’esprit sourit et il comprit qu’il était entré dans son esprit, la réponse à son sarcasme étant bien évidement : non. « Plu jamais. » Cela sonné comme un serment. Peut-être en était-ce effectivement un.

Dès lors il sentit autour de son doigts, la bague du serpent réapparaitre et chauffer. Cette douce chaleur l’enveloppa tout entier et l’inonda de plaisir. Il se sentit comme plus léger, vivifier. Il avait la sensation que ses muscles c’étaient affiner. La lourdeur de sa force, ce voyait sublimer par la délicatesse de la souplesse. La puissance devenait de plus en plus grande, mais aujourd’hui Zéleph savait que ce n’était pas cela qu’il avait recherché toute sa vie. Cela n’avait était qu’un prétexte. Il avait était pire qu’un pleurnichard et maintenant que ses regrets l’envahissait il ne lui manquait plu cas réparé cela. SI c’était encore possible. « Comment te sens-tu ? » « Différent. » C’était le but. Seulement il ne disait pas cela par rapport aux pouvoirs du temple, mais a causes de son passer et ses yeux enfin ouvert sur la si dur réalité qu’il avait trop longtemps rejeté. Il était différent de Shizuo, mais différent aussi de Zéleph. Aujourd’hui il n’était ni l’un ni l’autre, il était les deux, et cette évidence ne pouvait plu lui échapper.

« Bien, tu dois quand même savoir encore une chose. Le pouvoir du serpent c’est rependu en toi, à présent tu es plus rapide, plus vif. Tu pourras bientôt utiliser l’attaque du serpent. Dévier toutes les attaques de tes adversaires, leurs faires croire qu’il n’y a pas qu’un toi, mais beaucoup plus. Il suffira que tu le travail un peu, mais je te connais, tu n’y manqueras pas. » Il l’avait fait pour le tigre, il si était attelé jusqu’à en cracher ses poumons, jours après jours, cela faisait de lui un grand guerrier, mais quand bien même, il préférait lui dire, car ainsi il suscité l’excitation chez son disciple, Haroun le savait. « Je n’ai plus rien pour toi. Nous nous reverrons. » Le réprouvé acquiesça simplement alors que l’esprit disparaissait, le laissant seul et toujours aussi nu au milieu de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zéleph S. Stark
girls fall like dominoes



◈ YinYoinnisé le : 04/01/2011 ◈ Parchemins usagés : 661
Féminin
✦ Points RP : 1155
❦ Age physique : 12 ans
☯ Camp : troool
✭ Activité : ciiiircus

Feuille de personnage
▌Points de Spécialités :

MessageSujet: Re: temple serpent 2   Ven 3 Jan - 17:28


Un rire ce fit entendre. Zéleph tourna sur lui-même cherchant où était l’esprit frappeur. Le sol ce couvrit d’herbe, et de plante. Une flore magnifique grandit alors peut a peut devant lui, aussi simplement qu’un coup de vent. Bientôt il sentit sous ses pieds la caresse de l’herbe, et sur ses mollets, la douceur de la fourrure des félins de Méli. Ces petites créatures en pincé pour lui depuis toujours, il savait que c’était à cause du tigre, même si cela arriver bien avant qu’il entre dans le temple, il était vouer pour le tigre, et a présent il avait peur que cela soit la même chose pour les reptiles. Si les serpents ce mettaient à l’apprécier au point de lui monter dessus, il ‘était pas sûr d’apprécier autant. « Tu es encore nu. » Entendit-il, alors que l’esprit aux yeux doux apparaissait enfin, prenant dans ses bras, l’animal qui se frottaient aux jambes du réprouvé. Elle ne semblait pas le moins du monde troublé par sa tenue, ou plutôt son absence de tenu. Simplement amuser qu’Harôun les laisser ainsi. Zéleph pour sa part s’enficher. Il fixer Méli désespérément désoler. Il baissa alors la téter, fixant le sol perdu. Il se mépriser tellement pour ce qu’il était et ce qu’il osé faire subir aux autres. « Regarde-moi ». avait-elle murmuré avec une infinie douceur qui le fit frissonner. Refusant d’obéir, elle le força. Glissant sa main sous son menton, pour doucement lui faire lever les yeux. Ce n’était pas bien sûr, elle n’était pas bien grande, et quand ses yeux remplit d’une profonde bienveillance rencontrèrent les sien, meurtrie, il sentit sa gorge ce serré, incapable de dire un mot. « Je te connais. Tu es pardonné. » Il avait pourtant honte d’avoir était aussi insolant avec la seule qui semblait n’avoir jamais voulu son bien, malgré les mensonges, elle semblait toujours avoir fait de son mieux pour qu’il souffre le moins possible et pour cela il lui était d’une reconnaissance infini. Comme si à ses yeux, il avait de l’importance. Une réelle importance. Car il était un être de cette nature qu’elle chérissait tant. Par ce qu’il était le tigre.

« Enfaite, tu es plus comme un loup. Un gros loup. » Rit elle. Zéleph ne pus s’empêcher de sourire. Un loup ? Pourquoi ? « Protection et destruction, le loup n’est pas seulement puissant, il incarne toutes les valeurs que tu possèdes. La fierté, l’honneur, la force, la lumière et l’ombre. Il porte en lui la victoire. C’est l’âme du guerrier et du chasseur. Harôun ne se moqué pas de toi en disant que tu étais un chien, bien que cela soit une insulte, il avait raison. » Le réprouvé sourit gentiment, mais il était un peu perdu et ne semblait pas plus intéresser par les dires de Méli que cela. Tant pis, Méli savait que le jour viendrais, où il comprendrait et embrasserait sa voie. En un coup de mains, Zéleph fut à nouveau vêtue. Pas que cela la déranger, il était magnifique comme animal, une beauté brute de la nature, mais il devait partir à présent et il ne lui appartenait pas de gardé ce spécimen près d’elle peut importer la satisfaction qu’elle y prenait. « Tu as des choses à faire à présent. » Le réprouvé, retrouvant un peu de vie, prit le visage de Méli entre ses mains et lui embrassa le front pour la remercier de sa bienveillance, et s’excuser encore. Il s’en voulait terriblement, mais ce qui était dit était dit et il ne pouvait revenir dessus, ils les avaient tous les deux.

Maintenant il avait beaucoup plus à faire qu’aller se perdre dans les glaces. C’était bien plus terrible que cela ce qui l’attendait. Une quête au plus profond de son âme. Un voyage sans retour. Cette foi la mort ne lui serrait d’aucune aide. Il devait commencer par le plus dure. Aller reconnaitre ses torts. Aucun combat ne semblait moins difficile que celui-là. Il sortit du temple, s’en échappant. Il devait d’abord réfléchir, prendre le temps de méditer, et apaiser ses douleurs avant de faire quoi que ce soit et faire le mauvais choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: temple serpent 2   

Revenir en haut Aller en bas
 

temple serpent 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un temple sous terre [PV Kusari]
» Salazar le Seigneur-Serpent. (UC)
» Le baiser de la femme serpent
» Un Serpent Royal
» La chasse au serpent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: 
« ACCUEIL »
 :: Quêtes
-